Rencontre…

« Mon bras me gène, la douleur a disparu depuis ma sortie de l’hôpital,  mais devoir porter un bras maintenu replié sur la poitrine par une attelle souple est vraiment handicapant. Heureusement je suis droitier, alors je peux me débrouiller seul dans ma vie quotidienne, mais ma maladresse naturelle est multipliée.
C’est d’ailleurs cette maladresse qui me permit de découvrir d’autres créatures bien cachées aux yeux des passants. »

« J’étais avenue de l’Opéra lorsqu’un grand cri … enfin plutôt un râle attira mon attention. Comme personne autour de moi ne réagissait, je compris que, encore une fois, j’allais voir une créature étrange. Mais alors que je tombais sur les autres bestioles assez facilement, j’entendais celle-ci sans pouvoir la localiser précisément.
Au bout de quelques minutes je compris que le bruit venait de sous terre, enfin plus précisément d’un immense trou dans le sol. En effet la station de métro Pyramides est en travaux depuis quelques temps déjà et les parisiens avaient fini par s’habituer aux palissades et autres engins de chantier entourant l’immense trou dans le trottoir.
Et le râle provenait des profondeurs de cette ouverture.
En cherchant bien je pus accéder à une passerelle enjambant le bord du trou. cette passerelle bien que ouverte au public n’était pas très fréquentée car beaucoup trop étroite pour le flux de piétons de l’avenue. Je pus donc prendre mon temps pour observer à quelques mètres en dessous une sorte d’immense … oiseau ? Enfin une espèce d’oiseau sombre avec comme plusieurs têtes. Non comme si plusieurs têtes étaient mélangées…
Comment dire. J’avais déjà vu dans des zoos, des oiseaux avec un bec étrange qui semblait se dédoubler vers le haut. Mais là, on aurait dit que trois têtes au moins avaient mal fusionné ! Des yeux vitreux semblaient avoir été disposés de façon aléatoire sur la tête et le corps de l’oiseau… Mais je décris un oiseau, mais il était sans aile. A la place, d’immense bras griffus desquels pendouillaient des sortes de peaux translucides. Vu que la créature semblait être tombée du ciel, en fracassant au passage des planches, je supposais qu’elle devait pouvoir voler.
mais alors pourquoi ces quatre pattes postérieures ?  »

« En me penchant pour prendre cette photo et arriver à voir si l’homme au téléphone avait pris des photos de la créature comme j’en avait eu l’impression, je fis glisser l’œilleton de mon appareil qui tomba dans la fosse.
Pile entre deux planches qui formaient le plancher provisoire sur lequel la créature gisait.
Sans un bruit donc l’œilleton disparut dans les profondeurs de la fosse du chantier ! »

« C’est en pénétrant sur le chantier pour descendre le récupérer que j’allais faire une encore plus étrange découverte … »

Série inspirée de celle du dessinateur Boulet.

blog254

blog254c

 

 

BLOG, DESSIN, Permalink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *